Œuvre

Ragnar Kjartansson and The National
A Lot of Sorrow
2013-2014

Catégorie :
Vidéo/Film
Date de production :
2013-2014
Matériaux :
Vidéogramme couleur, 6 heures 9 min 35 s, son, 4/10
Description :

L’œuvre vidéographique A Lot of Sorrow résulte d’une collaboration entre l’artiste islandais Ragnar Kjartansson et le groupe de musique américain The National. La vidéo a été filmée lors d’une performance mise en scène par Kjartansson et présentée dans le cadre des Sunday Sessions du MoMA PS1 à New York, en mai 2013. Durant cette performance, les membres du groupe étaient tenus d’interpréter leur pièce Sorrow sans interruption pendant six heures, soit 105 fois. L’œuvre s’inscrit en continuité avec les explorations de Kjartansson sur la performance en jouant notamment sur les notions de durée et de répétition.

Mention de provenance :
Achat
Collection :
Collection Musée d’art contemporain de Montréal
Art contemporain international
Date d’acquisition :
2015
Numéro :
A 15 1 VID 1

Images

Photographie couleur du groupe The National, vu de dos, en train de jouer sur une scène pleine de fumée. (Afficher en plein écran)
© Ragnar Kjartansson, © The National • Photo : Elísabet Davids, avec l’aimable permission des artistes, de la galerie Luhring Augustine et de la i8 Gallery.

Vidéo

extrait © Ragnar Kjartansson, © The National
Afficher la transcription

[00:00 - 03:20]

Lors d’une performance enregistrée en public, Matt Berninger, du groupe The National, chante sur une scène sombre et enfumée. Il est entouré des musiciens du groupe : Aaron et Bryce Dessner à la guitare et aux chœurs, Scott Devendorf à la basse et aux chœurs, et Bryan Devendorf à la batterie. Un des jumeaux Dessner utilise parfois un archet sur sa guitare. Le groupe est également accompagné d’un tromboniste, Benjamin Lanz, et d’un multi-instrumentiste, Kyle Resnick, aux clavier, percussions, trompette et chœurs. Tous les membres du groupe, à l’exception du batteur, sont vêtus d’un costume noir et d’une chemise blanche. Le batteur, lui, porte une chemise et un bandeau noirs. Les musiciens sont filmés sous différents angles, parfois en alternance avec des plans de la foule depuis le fond de la scène où l’on voit les musiciens, dos à la caméra, leurs ombres projetées sur le plafond de la salle.

Le groupe joue et Matt Berninger chante Sorrow : Sorrow found me when I was young, / Sorrow waited, sorrow won. / Sorrow they put me on a pill, / It’s in my honey it’s in my milk. / Don’t leave my hyper heart alone on the water / Cover me in rag and bone, sympathy. / ‘Cause I don’t wanna get over you. / I don’t wanna get over you. / Sorrow’s my body on the waves / Sorrow’s the girl inside my cage / I live in a city sorrow built / It’s in my honey, it’s in my milk. / Don’t leave my hyper heart alone on the water / Cover me in rag and bone, sympathy. / ‘Cause I don’t wanna get over you. / I don’t wanna get over you. / Don’t leave my hyper heart alone on the water / Cover me in rag and bone, sympathy. / ‘Cause I don’t wanna get over you. / I don’t wanna get over you.